La Cale 2 l'Île
La Cale 2 l'Île

2017

EXPÉDITION À HAMBOURG

En 2017, Hambourg a organisé la 828e fête du port et cette année, Nantes a été la ville étrangère invitée officiellement.

 

La Mairie a demandé d'être représentée par un bateau emblématique, le Saint Michel II.

C'est un grand honneur pour lui et pour l'association La Cale 2 L'île. Et même si la charge est importante, le Saint Michel II n'a pas pu refuser une telle mission.

 

Cette fête s'est déroulée les 5, 6 et 7 mai 2017.

 

Depuis le mois de décembre 2016 jusqu'au jour du départ, le Saint Michel s'est préparé à aller à Hambourg pour ce week-end de festivités.

Embarqué sur le Saint Michel II,  Marcel vous raconte cette expédition.

 

D'abord, l'aller de Nantes à Hambourg

 

Puis la fête du port à Hambourg en cliquant sur le bouton ci-dessous

Vous pouez prendre connaissance du retour de Hambourg à Nantes par le bouton ci-dessous

PRÉPARATIFS DU DÉPART

Jeudi 13 avril

Il y a toujours quelque chose à faire sur un bateau ... La liste des chose à faire n'est jamais finie.

 

Les choses importantes étant faites un point final doit être mis.

 

L'heure du départ approche.

 

Marcel à bord du St Michel II

VEILLE DU DÉPART

Vendredi 14 avril

L'équipe du St Michel poursuit les préparatifs pour un départ qui approche a grands pas

 

Aujourd'hui remplissage des frigos, derniers nettoyages et mise en configuration de la table a carte

 

N'oubliez pas que vous pourrez suivre le bateau sur le site internet marinetraffic.com
No MMSI 227224350

 

Marcel à bord du St Michel II

DÉPART

Samedi 15 avril

Bonjour,

 

Et bien nous y voici....Le jour J est enfin arrivé.

 

Appareillage ce matin à 8h54 sous les yeux de nombreux membres de La Cale 2 l'Ile venus soutenir l'équipage et avec la présence exceptionnelle du Pr Arronax héros de 20 000 lieues sous les mers.....

 

Météo pas très favorable avec grisaille qui nous accompagnera jusqu'au pont de St Nazaire (passé à 12h30) et vent d'ouest modéré mais très défavorable à notre navigation et frisquet de surcroît ... Les bonnets sont de rigueur.

 

Le soleil se montre vers 14h alors que nous faisons route pour Belle Île sous moteur et grand voile seule.

 

Arrivée à Belle Île prévue vers 21h pour un stop & go, repas et plein de carburant ... Ça c'était avant une avarie de moteur (1ere intervention sur le circuit carburant) et un vent dans le nez forcissant qui nous contraignent à une pause à La Turballe

 

Arrivée à La Turballe vers 19h pour seconde intervention moteur et repos de l'équipage.

 

À demain pour la suite du voyage

Marcel à bord du St Michel II

LA TURBALLE - GROIX - LESCONIL

Dimanche 16 avril

Bonjour

 

La journée commence tôt avec un lever avant les aurores et un check-up moteur pour terminer le petit déjeuner.


Le plein de carburant fait, le St Michel II quitte La Turballe à 6h30 par temps calme.

 

Une matinée ensoleillée plus loin le passage des Béniguets et Belle Ile sont derrière nous et vers 14h nous sommes sous le travers de Groix accompagnés un instant par quelques dauphins.

 

Nous profitons de bonnes conditions météo (hors le vent qui reste obstinément contre nous) pour effectuer une petite séance de bricolage (positionnement des taquets de bôme pour les bosses de ris); petite séance de musculation pour l'équipage qui envoie et affale la GV plusieurs fois de rang).

 

Sans oublier la pause du quatre heures ... Merci à la Biscuiterie Nantaise !

 

Vers 18h30 nous sommes au sud des Glénans mais la mer qui s'est bien formée et le vent toujours contraire ralentissent notre progression. Nuit agitée en perspective ... Ou pas ...

 

À 19h30 décision est prise d'aller se mettre à l'abri à Lesconil pour la nuit. Le raz de Sein attendra demain pour nous voir passer.

 

Marcel depuis le St Michel II

PASSAGE DU RAZ DE SEIN

Lundi 17 avril

Bonjour

 

N'en déplaise à ma modestie légendaire, je commencerais la chronique du jour par un sentiment personnel: j'ai en effet connu la grande fierté (et non moins grande responsabilité) d'être à la barre du St Michel II lors de l'accostage et de l'appareillage dans le port de Lesconil, avec bien sur les conseils et consignes de nos chers chefs de bord Daniel, Michel et Philippe.


Un bonheur n'arrivant jamais seul, je suis également à la barre aujourd'hui lors du passage du Raz de Sein.
Grande fierté, je l'ai dit mais surtout grand plaisir. Carpe Diem Marcel....

 

Nous quittons donc Lesconil aux aurores par temps calme et ensoleillé pour faire route vers le Raz de Sein et bientot le phare d'Eckmuhl est en vue. Nous doublons la pointe de Penmarch et, ce qui n'est pas notre habitude depuis le départ, nous présentons avec un peu d'avance à l'approche de la Pointe du Raz.

 

Nous en profitons donc pour nous mettre à l'abri des côtes de Plogoff le temps du déjeuner ce qui permet à Jean Yves de nous montrer ses talents de maquereautier. Ce sera de l'extra frais au dîner !

 

Nous passons de Raz de Sein vers 15h dans la bonne humeur, sauf le moteur qui une fois de plus montre son mécontentement. La remontée de la mer d'Iroise sous trinquette et un ris dans la GV, fait apparaître quelques petits soucis de grément.


Ces quelques désagréments peu propices à la sérénité pour les jours à venir conduisent à la décision de faire relâche pour entreprendre les réparations nécessaires.

 

Ce sera donc ce soir maquereaux à la Camaretoise.

 

Marcel à bord du St Michel II

BRICOLAGE À CAMARET

Mardi 18 avril

Bonjour

 

Premier constat ce jour, le journal du bord a du mal à traverser les mers ... Quelques soucis de connexion donnent du fil à retordre au rédacteur du bord.

 

Pour cette journée dans le port de Camaret placée sous le signe du bricolage, l'équipage est aux petits soins du  St Michel II et œuvre à lui corriger les petites imperfections constatées ces derniers jours.

 

Le maître gréeur ainsi que le mécanicien local sont venus prêter main forte aux soins nécessaires.

 

Malheureusement l'anticyclone présent sur le Nord Ecosse n'est pas un ami et il nous faut allonger notre pause à Camaret et la journée de demain se passera à nouveau à quai et au bricolage.

 

Marcel sur le St Michel II

ESCALE PROLONGÉE A CAMARET

Mercredi 19 avril

Bonjour

 

N'ayant pu trouver l'adresse mail d'Eole pour lui demander de corriger le sens du vent et augmenter le thermostat, le St Michel II est contraint de prolonger son escale à Camaret.

 

Les conditions de navigation à venir conduisent ce matin l'équipage vers Le Comptoir de La Mer pour renforcer son équipement. Gants, bonnets et sous-vêtements polaires sont à l'honneur.

 

Après un dernier conseil des Sages tenu durant le déjeuner, la décision tombe : départ dans l'après-midi !!! Au grand soulagement de l'équipage qui a bien envie d'avaler des milles et surtout de se rapprocher de notre destination finale: Hambourg comme vous le savez.

Le temps d'un dernier avitaillement après déjeuner, nous faisons route vers la Pointe St Mathieu vers 16h.

 

Nous passons entre le phare du Petit Minou et celui de la Louve, sous trinquette et 2 ris dans la GV (et sans l'aide du moteur pour une fois), dans une brise fraîche de 18 noeuds au NE, le temps de tester les réglages effectués hier sur le grément et la GV.

La pointe St Mathieu est passée vers 17h30 et la mer d'Iroise est maintenant derrière nous.

 

Le vent peu favorable à la remontée vers l'Aber Wrac'h nous intime de mettre au moteur et ceci pour un bon moment.

Nous nous préparons à une nuit puis une journée de navigation vers le NE dans des conditions fraîches, direction la Pointe de la Hague.

 

L'entrée en Manche nous réserve cependant une surprise, mer hachée avec de belles vagues et vent forcissant et bien sur toujours le vent dans le nez.
Après 3 heures à se faire brasser et arroser, la décision collégiale tombe : les conditions ne sont pas propices à une nuit en mer, donc un repli à l'abri s'impose.


Nous changeons de cap pour rallier l'Aber Wrac'h, où nous arrivons à 1h du matin.
Repos de l'équipage et on verra demain ...

 

Marcel à bord du St Michel II

C'est l'hiver au printemps. Les marins ont dû se couvrir.

BLOQUÉ À L'ABER WRAC'H

Jeudi 20 avril

Bonjour

 

Encore une journée à quai !!! Ça commence à bien faire, non de non !

 

Force 4, rafales à 5, ça moutonne même dans le port de l'Aber Wrac'h !!

 

Mais que fait Eole, hormis s'acharner à nous rendre le voyage désagréable ???

 

Tous les meilleurs prévisionnistes météo amis de La Cale 2 l'Ile, ne peuvent que faire le constat que les vents sont contre nous encore pour plusieurs jours.

 

Si vous, amis lecteurs avez la clé des vents, s'il vous plaît donnez-la nous !!!

 

Nous sommes, une nouvelle fois, contraints à attendre des vents meilleurs et cette journée sera de nouveau placée sous le signe de l'entretien du bateau alors que le port d'Hambourg nous attend !

Heureusement pour le moral de l'équipage, Cathie est venue nous rendre visite sans oublier de nous apporter le fruit de sa pêche du matin. Quelques araignées bien fraiches pour le dîner, quoi de mieux pour regonfler nos forces en vue d'une remontée de la Manche toujours au programme, mais qui s'annonce plutôt musclée ???

 

Marcel à bord du St Michel II

APPAREILLAGE DE L'ABER WRAC'H

Vendredi 21 avril

Bonjour

 

Amis lecteurs, milles mercis d'avoir soutenu les supplications de l'équipage !


Enfin, Eole consent à nous accorder un passage vers le NE.
Certes ce n'est pas encore la porte ouverte en grand, mais un petit flux de NE et une mer calme devraient, pour les prochains jours, nous permettre d'avancer un peu vers notre objectif, sous moteur bien évidemment.

Le Saint Michel II dans sa navigation vers Cherbourg.

Pour voir la vidéo cliquer sur le bouton ci-dessus

Nous quittons l'Aber Wrac'h ce matin sous le soleil et, après avoir coupé par le passage de La Malouine pour raccourcir notre route, nous doublons le phare de La Vierge vers 10h30.

 

Direction maintenant Guernesey, puis Cherbourg en espérant que les météogrammes soient suffisamment fiables.
Progressant bien contre un vent faible, mais bien frais, les côtes ne sont bientôt plus visibles et seules quelques escadrilles de fous de bassan viennent agrémenter le paysage.

 

Vers 14h l'équipage entreprend la ronde des siestes en vue d'une longue nuit de navigation qui nous verra doubler Guernesey par l'ouest.

 

Nous apercevons quelques temps le phare des Triagoz (clin d'oeil au pays de ma chère et tendre) avant de nous retrouver seuls en pleine mer, le trafic étant particulièrement calme.

 

Progressant bien, et un dîner chaud plus tard, nous entamons les quarts de nuit alors qu'une bande de dauphins vient nous servir le dessert (merci Marie pour le riz au lait) et que le coucher de soleil met en évidence le trafic aérien.

La nuit s'annonce fraîche mais également douce et longue....

 

Une nuit quelques quarts plus loin nous sommes en approche de Cherbourg (le 22/04 vers 8h) où nous allons faire un stop & go pour un plein de gasoil avant de poursuivre vers le Nord.

 

Marcel à bord du St Michel II

CHERBOURG

Samedi 22 avril

Nous apprenons par téléphone que le bateau est arrivé à Cherbourg après 24 heures de navigation et être passé à l'ouest d'Aurigny.

 

Le plein de gasoil a été fait et le Saint Michel II est reparti pour le Pas de Calais avant que le mauvais n'arrive.

 

Tout va bien et le presse-étoupe ne fuit presque plus.

 

Hartwig, le président.

Des dauphins jouent avec le Saint Michel II.

Pour voir la vidéo cliquer sur le bouton ci-dessus

DUNKERQUE

Dimanche 23 avril

Bonjour

 

Au petit déjeuner ce matin nous avons eu droit au quatre-quarts. Une coïncidence sans doute, ou bien l'esprit malicieux de notre chef cuistot qui n'aura pas manqué de noter qu'aux deux quarts de la nuit précédente viennent de s'ajouter les deux quarts de celle qui s'achève et nous voit en ce dimanche matin au large du Touquet.

 

Je vous écrivais hier que le trafic était particulièrement absent autour de nous en début de nuit, mais comme vous devez vous en douter cela n'a duré qu'un temps. Ce matin 10h, nous longeons en effet le DST (Dispositif de Séparation du Trafic) du Pas de Calais depuis quelques heures et avons l'impression d'être sur une piste cyclable longeant une autoroute ! Qui plus est notre marche nous rapproche de la liaison Douvres-Calais et nul doute que d'ici quelques heures il nous faudra traverser l'autoroute.

 

C'est bien évidemment le moment choisi par notre AIS pour s'arrêter de fonctionner. C'est un système d'identification automatique, qui permet de détecter et d'identifier les bateaux entre eux, mais également de les suivre par exemple sur les sites internet marinetraffic.com ou vesselfinder.com; ne vous privez pas de suivre notre route.

 

Un "hard-reset" plus tard (débranche-rebranche en français), le voilà reparti et les chefs de bords soulagés.

 

À la hauteur de Boulogne/mer vers 12h, et dans une météo plutôt calme (qui nous repose un peu du régime un peu plus musclé vécu en pleine nuit), décision est prise de continuer notre route pour rejoindre Dunkerque.

 

Nous abordons puis dépassons le Cap Gris-Nez, pour ensuite apercevoir les falaises de Douvres en ayant une pensée pour nos fidèles chiens sauveteurs du CROSS Gris-Nez et du MRCC de Douvres (services de surveillance et de sauvetage en mer que vous, chers lecteurs, pourrez découvrir​ sur le panneau pédagogique dans nos locaux de Nantes); petite pensée au passage pour Louis, Emmanuel et tous ceux qui mettent la main à ce dispositif.

 

L'après-midi se poursuit dans une navigation au calme, mais une question torture l'esprit de nos vaillants chefs de bord : que sera la météo de ce début de semaine et comment progresser au plus vite vers notre destination ???

 

Les dernières prévisions météo collectées (merci au passage à Maurice, Daniel et les autres) incitent à la prudence dès lundi soir et l'hypothèse de traverser les Pays-Bas par les canaux semble séduisante mais non pratiquée en totalité par le passé.


Quelle route empruntera le St Michel II ses prochains jours? Vous le saurez en suivant le prochain épisode de notre périple.

 

Pour ce soir, ce sera en tout cas, pause dans le port de Dunkerque, où nous accosterons vers 20h, histoire de ne pas manquer l'événement du jour comme chacun de vous chers(es) lecteurs et lectrices.

 

Marcel à bord du St Michel II

Cliquez sur le bouton ci-dessus pour voir Michel, Patrick, Philippe et Jean-Yves chaudement habillés arrivant à Dunkerque.

Réponse du président

Merci notre cher chroniqueur, 
 
Enfin des nouvelles car pas de signal AIS depuis des longues heures.

La galère s'annonce ?. Je vais regarder une route par l'intérieur. Mais concernant le temps (heures de voyage) on gagnerait pas (beaucoup) je crois. De toute façon il fallait gagner Vlissingen en Pays-Bas comme en 2014. Environ 50 mn. La perturbation va durer 2 jours +.

 

Comment faire la cuisine sur le retour sans Patrick ???

 

Bonne soirée et repos largement mérité .
 
Amicalement 
Votre Hartwig 

EMPANNAGE

Lundi 24 avril

ZEEBRUGGE

L'empannage * sur le Saint Michel II nécessite 4 personnes en plus du barreur

 

Définition : Virer de bord en vent arrière s'appelle EMPANNAGE.

Bonjour

 

Ah! Qu'elle est bienfaitrice cette pleine nuit de sommeil au calme et sans tangage !!
L'équipage est requinqué et prêt à poursuivre la route vers Hambourg après ces dernières 48h quasi non-stop.

 

Au menu du jour : une quarantaine de miles pour rejoindre Zeebrugge et se mettre à l'abri du coup de vent qui s'annonce.

 

L'objectif est également d'y trouver les infos qui nous manquent pour confirmer ou pas la traversée des Pays-Bas par les canaux (options qui nous permettrait d'avancer malgré le mauvais temps).
Il vous faudra donc, chers lecteurs, attendre encore un peu pour connaître la route que nous déciderons pour rejoindre l'Allemagne.

 

Les pleins et l'avitaillement fait (avec au passage une bonne séance de marche pour les 3 valeureux équipiers chargés de cette dernière mission), nous quittons Dunkerque sous un ciel bas, mais avec vent et courant portant, empruntant la passe de Zuydcoote, un long chenal qui longe la côte, et croisant au passage un chalutier local peu courant dans nos eaux bretonnes (chalutage latéral).

 

1h30 plus tard nous passons la frontière belge avançant à environ 7 noeuds dans des conditions plutôt clémentes. Vent arrière (quand nous étions jusqu'à présent au près) : le roulis a remplacé le tangage et il faut un peu adapter nos comportements à bord.


Nous remontons les côtes belges, mais ! un instant cher lecteur  ! On m'appelle sur le pont pour un empannage !

 

Manoeuvre délicate surtout sur un tel navire où 4 équipiers sont nécessaires à la manoeuvre en plus du barreur ! Voyez vous même sur la vidéo à venir.

 

Les éléments porteurs nous amènent dans le port de Zeebrugge vers 16h30, juste à temps pour ne pas souffrir du coup de froid qui nous accueille à l'arrivée.

 

Marcel à bord du St Michel II

Le St Michel II met le cap vers le port de Zeebrugge en Belgique

Le St Michel II est à quai à Zeebrugge, pour une bonne nuit de repos

BRUGES

Mardi 25 avril

Que vous raconter aujourd'hui de l'activité de la colonie de vacances?

 

Aujourd'hui les gentils moniteurs semblaient avoir envie de faire un break dans les jeux éducatifs. Il faut dire que la météo du matin était peu engageante: vent fort et frisquet, même les mouettes battaient des ailes pour se réchauffer.

 

Ils ont donc décidé d'une sortie culturelle dans le centre ville de Bruges, le port de Zeebrugge n'ayant d'autre attrait que d'y mettre un bateau à l'abri, et y croiser la Jacqueline-Denise, cousine belge du St Michel II.

 

Ils en ont profité pour nous démontrer une règle essentielle des transports en commun : toujours avoir un billet valide sur soi quand on emprunte un tramway ou un bus, surtout lorsque les contrôleurs (toujours zélés) apparaissent à l'arrêt suivant votre montée.


Heureusement la force de négociation de l'équipage a permis de ne pas vider la caisse de bord d'un coup en amendes ...

 

Une carbonade flamande plus loin nous sommes de retour au bateau, avec toujours la même lancinante question : par où allons nous passer pour rejoindre l' Allemagne? Traverser ou contourner les Pays-Bas?

 

Il est vrai que voir certains canaux ici peut laisser perplexe... Et que déchiffrer 2 fois 500 pages rédigées en néerlandais va prendre un certain temps

 

Vous le saurez donc demain en suivant le prochain épisode de "La croisière s'amuse sur le St Michel II" ! !

 

Marcel à bord du St Michel II

Une carbonade flamande à Bruges

La Jacqueline Denise, cousine belge du Saint Michel II, à quai

A TRAVERS LES CANAUX DE LA HOLLANDE

Mercredi 26 avril

Bonjour

 

Déjà le 26 avril ! (déjà !)

 

Nous quittons au petit matin le port de Zeebrugge par temps frais mais vent faible. À notre sortie de la marina, le ciel se montre peu engageant et nous invite aux tenues de pluie.

 

Bien vu ! À peine sortie de l'avant port, nous essuyons une tempête de gros sel durant 1/4h, suffisamment pour blanchir totalement le pont et le transformer en patinoire.
Un peu trop tôt tout de même pour mettre les glaçons dans l'apéro, la journée commencera par la corvée de pont !!

 

 

Vers 9h, après s'être fait barattés dans une mer agitée, nous passons la frontière  avec les Pays-Bas et entamons la remontée du chenal vers Vlissingen, au milieu des cargos et autres tankers, ce chenal étant aussi et surtout l'entrée vers le port d'Anvers.

 

Quelques bouées plus loin nous entreprenons le slalom entre ces géants pour traverser et aborder l'entrée vers notre destination.

 

Vous l'aurez compris, chers lecteurs, en regardant la carte de l'île de Walcheren, nous nous apprêtons à continuer notre remontée vers le Nord en passant d'abord par le canal de Walcheren, à l'abri du mauvais vent attendu dans l'après-midi.

À 11h15 nous entrons dans le port de Vlissingen et entamons le passage de l'écluse d'entrée du canal.

12h45, c'est l'heure de notre premier pont mobile et de l'entrée dans le canal où nous devons en enchaîner plusieurs.

 

Une petit pause déjeuner à Middleburg, et le temps de se munir des cartes détaillées des canaux et mers intérieures, nous repartons vers Veere dont nous passons l'écluse vers 17h.

 

 

L'entrée dans la Veerse Meer nous rappelle que le vent souffle au large mais surtout qu'il est frais.
19h, c'est l'heure de passer Zandkreeksluis (l'écluse de l'église de sable....Voyez comme on progresse en hollandais ?) et de rentrer dans L'Oosterschelde afin d'y trouver un abri pour la nuit.

20h15, nous voici amarrés à Hansa, après avoir passé le Goes sas, pour y déguster un filet mignon pommes grand-mère préparé par Patrick.

 

Repos des valeureux marins.....

 

Marcel à bord du St Michel II

NUIT À DORDRECHT (HOLLANDE)

Jeudi 27 avril

Bonjour

 

Le jour se lève dans le port de Hansa quand nous décidons de faire route. Il nous faut d'abord passer l'écluse de sortie qui ouvre dès 6h d'après notre traduction des infos nautiques locales.
Nous sommes donc prêts dès 7h et en attente de l'ouverture du sas 15mn plus tard.


Plusieurs appels à la VHF restants sans réponse, nous devons nous rendre à l'évidence que l'ouverture sera pour plus tard..... L'éclusier arrive en effet vers 8h.
Le temps de laisser passer une péniche entrante, et de prendre une averse, nous faisons (enfin) route.

 

La mer est calme, le vent toujours aussi frisquet et de gros nuages noirs parsèment le ciel.
Nous slalomons entre les bancs de sable remontant le Brabantse Vaarwater, pour nous engager ensuite dans le Masgat Zijpe.

 

Au moment de virer cette embouchure, et alors que la signalisation latérale va s'inverser (rouges, vertes, verte et rouges ou rouge et vertes changent de bord au fil de notre progression), l'avertissement des chefs de bord arrive un peu tard.

 

"Écarte toi un peu Marcel, y'a pas beaucoup d'eau ici !"

 

Trop tard ! Après 2 soubresauts le St Michel II se plante dans un banc de sable ! Grand moment de solitude pour votre serviteur, à la barre à ce moment là vous l'aurez compris! !

 

Malgré une 1/2 heure d'efforts de l'équipage, nous restons scotchés.
Fort heureusement le Zephyrus nous a vu et arrive rapidement (et opportunément) à notre secours.

 

Une manoeuvre de remorquage plus tard nous sommes à nouveau à flot et après avoir rempli les formalités nous reprenons notre route, direction Bruinisse puis l'écluse de Krammersluis que nous passons vers midi, non sans un petit soupçon d'angoisse en estimant l'espace disponible entre le haut du mat du St Michel et le dessous du pont.

On a deja  touché en bas, on ne va pas en plus toucher en haut !

 

Nous continuons notre route vers Dordrecht, où nous faisons une courte pause dans l'attente de l'ouverture du Spoorhefbrug qui n'ouvre que toutes les 2h d'après nos traductions.

 

Après quelques hésitations devant une VHF désespérément muette, un No de téléphone salvateur est trouvé et nous permet d'obtenir le sésame.

Cherchant ensuite un abri pour la nuit, nous finissons par faire escale dans le port "pittoresque" de St Joris.

 

Nous avons encore gagné un peu de Nord aujourd'hui.

 

Marcel à bord du St Michel II

LE VENT FORCIT DU NORD-EST

Vendredi 28 avril

Message de MarineTraffic

 

Le Saint Michel II est passé par le port de RIDDERKERK, le 28 avril.

Entré à 8 h 26, il en est sorti à 8 h 28 (heure française)

 

Le bateau est passé par KRIMPEN à 8 h 35.

Hartwig reste en liaison avec l'équipage

Bonjour,


Je viens de parler avec Michel et les autres. Ils sont près de Rotterdam et vont continuer par l'intérieur vers Amsterdam et puis vers Groningen et Delfzijl. La météo pour la semaine prochaine au large de la côte allemande annonce : " vent frais de l'est ". Donc pas faisable ! Le bateau n'avance pas contre 17 à 20 nds avec des rafales 30-35 nds.

 

Et pour les canaux les tirants d'eau et d'air sont parfois trop importants. On va voir ...


Comme on dit en allemand : l'espoir meurt en dernier lieu !


Gros bisous à toutes et tous de l'équipage
Hartwig

NAVIGATION DANS LES CANAUX

Samedi 29 avril

Bonjour

8h, le St Michel II se réveille dans le " petit port pittoresque" d'Amsterdam !
Et oui ! La nuit fut à la fois longue et courte.

 

Longue par le départ tardif du convoi nocturne qui nous a permis de passer les 12 derniers ponts et écluses entre 23h50 et 1h30 et de trouver un accostage vers 2h du matin au centre d'Amsterdam.

 

Courte par la non-grasse-matinée offerte par l'organisateur de cette croisière touristique !

 

Pas même une petite pause touristique dans cette supposée belle ville ! À peine arrivés, il nous faut repartir "faire du Nord" et continuer notre route vers l'objectif.

 

La remontée du Kostverlorenvaart de nuit s'est donc déroulée lentement (2h pour un peu plus de 3 miles !) mais sans autre soucis qu'un rappel à l'ordre, par la demoiselle en charge d'ouvrir les ponts et donc de couper la circulation, de rester en convoi groupé ( c'est en tout cas ce que l'on a compris de ses cris et gesticulations). Nous l'inviterons prochainement à prendre les commandes du St Michel II, pour qu'elle puisse juger elle-même de sa maniabilité dans une flotille serrée de bateaux pesants 10 fois moins!

 

Le départ d'Amsterdam vers 9h se fait sous un joli temps ensoleillé et sans vent. Eh oui! C'est écrit: quand il y a du vent c'est dans le nez ou bien il n'y en a pas ! !

 

Nous remontons la Marker Meer (dont la profondeur atteint difficilement 4m), croisant au passage une régate moderne et quelques grément plus anciens, tandis que le ciel s'assombrissant, le vent nous ramène la fraicheur au visage puis la polaire sur les épaules.

 

Vers 15h nous passons une nouvelle écluse pour entrer dans l'IJssel Meer alors que le ciel se dégage. Ah! Enfin un peu de chaleur !

 

Mais c'est trop beau pour durer....La fraicheur se réinstalle vite avec le vent de Nord qui se rafraîchit au fil de notre progression.

 

Vers 19h30, pause obligatoire devant la Lorentzsluis (l'écluse de Lorentz) qui nous fait à son tour le coup de la panne. Fort heureusement, nous la passons 1/2h plus tard et entrons cette fois en mer du Nord pour aller nous réfugier à Harlingen.

 

22h, nous sommes à quai au coeur d'Harlingen pour une soirée réchauffement et récupération, après que les deux derniers ponts se soient ouverts devant nous comme par enchantement. Nous attendaient-ils???

 

Marcel à bord du St Michel II

MAUVAIS TEMPS AUX PAYS BAS

Dimanche 30 avril

Bonjour
 

Une bonne nuit de sommeil, une bonne douche bien chaude et ça repart !

 

Pas le temps de s'attarder non plus à Harlingen, malgré l'arrivée tardive un samedi soir, nous avons trouvé un abri quasiment au centre de la ville qui semble charmante au premier abord.


À 9h25 (précision hollandaise) nous sortons de notre abri et nous engageons sur le Harinxma kanal direction Leeuwarden.

 

Cette fois nous allons gagner dans l'est, et le vent est dans la direction ??? Je vous le donne en mille : EST bien sûr !!! Et qui, plus, est de 25 noeuds !

 

Ce qui bien évidemment n'est pas pour aider notre progression mais surtout n'apporte pas de surplus à la température ressentie. Encore une journée dans les polaires, gants et bonnets !

 

Mais il en faut plus pour nous arrêter ! Nous progressons tout de même et après une courte pause déjeuner atteignons Leeuwarden après avoir passé une dizaine de ponts qui n'attendaient que nous....

 

Les renseignements pris hier auprès de locaux, et notre propre analyse des cartes et livres en langue locale, nous conduisent ensuite à emprunter le Prinses Margriet kanaal pour rejoindre Groningen.

 

Nous nous apprêtons à passer le premier pont de ce canal quand tout à coup le vent tourne!
De face il nous vient maintenant de dos ! Miracle de la météo en réponse à nos supplications et à vos encouragements?

 

Que nenni ! Nous avons simplement fait demi-tour !

Ce sera finalement un pont d'acier et de béton qui ne s'ouvre plus qui aura eu raison de notre obstination à avancer.

 

Analysons la situation! (comme dirait l'un des chefs de bord que je ne citerais pas).


Que faire lorsque la route choisie pour sa capacité à accueillir le St Michel II (tirant d'eau et tirant d'air contraignants) est bloquée et que les autres routes sont de profondeur trop faible ?


Un repli stratégique s'impose vers Leeuwarden pour envisager la suite.
Nous y accostons vers 18h, malheureusement un peu loin de la ville pour pouvoir en profiter, ce qui n'est pas pour remonter le moral de l'equipage un peu en berne.

 

D'autant plus qu'après une dernière analyse de la situation météo et géographique, l'objectif d'être à Hambourg le 4 mai ne pourra être réalisé.

 

Nous nous posons donc pour la soirée et verrons de quoi demain sera fait.

Marcel à bord du St Michel II

Message du président Hartwig

Chers amis,
 
Je viens de parler avec Daniel. Ils se sont trouvés près de Leeuwarden devant un pont qui contrairement à toutes les infos ne s'ouvre pas. Donc retour obligatoire à  Harlingen/Frislande. Le bateau n'arrivera pas à Hambourg vu les prévisions météo trop mauvaises.
 
J'ai donc décidé et dis à Daniel -comme déjà discuté un peu avec Dominique et Alain- qu'on va en Minibus le jeudi de Nantes à Harlingen (dans le Minibus : Luc, Pierre, Hakim, François, Dominique et moi -Guy, je suis désolé,  tu ne verras pas Hambourg cette fois-ci). On va louer des chambres à Harlingen et partir avec l'équipage, qui a amené le bateau jusqu'aux Pays-Bas que pour la journée de samedi à Hambourg pour être quand même présent. Les conducteurs seront Dominique, Jean-Yves et moi. Le dimanche ou lundi départ du bateau et minibus. Plus d'infos suivront.
Je suis surtout désolé pour nos 6 équipiers à bord. Ils doivent se sentir comme quelqu'un qui grimpe sur une très haute montagne et, 100 m avant la cime, il doit retourner à cause du mauvais temps.
 
Décision sage, même étant déçu !
 
Mardi je vais informer Johanna Rolland, Nantes Métropole ainsi que Hambourg pour arranger la rencontre avec Johanna Rolland, etc là-bas.
 
On a préparé déjà  un communiqué presse.
 
Bonne fin du dimanche, bon 1er mai
Bien amicalement 
 
Hartwig

LE SAINT MICHEL N'IRA PAS À HAMBOURG

Lundi 1er mai


Bonjour

 
Les conditions de navigation  sans prendre de risques pour l’équipage et le bateau se révélant inacceptables (vent, pluie, froid) en mer du nord,de plus la navigation pas les canaux étant impossible pour rejoindre GONNIGNEN plus au nord de FRANEKER,  le tirant d’air du St Michel II ne lui permettant pas de passer sous certains ponts. Il a été décidé de ne pas rejoindre Hambourg.

 

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous le communiqué de presse :
 

Le St Michel II n’ira pas à Hambourg.

 

Voici le message de l’équipage du St MICHEL II, le 1 mai vers 18 H, à FRANEKER (PAYS BAS)

 

« À l'impossible nul n'est tenu !
Et à chaque jour suffit sa peine !

Mais une aventure ne s'écrit que si on la construit et surtout si on la vit. »

Nous n'avons pas encore eu notre compte d'émotions, et même si le St Michel II n'ira pas à Hambourg, l'équipage qui s’est réveillé ce matin un peu groggy, et sous un ciel gris, n'a qu'une envie: poursuivre l'aventure.
Après la course effrénée menée jusqu'à lors pour rejoindre Hambourg, l'heure est maintenant à l'organisation de la présence de notre association à Hambourg (pas le St Michel II, mais son équipage) et à la prise de relais par l'équipage chargé de ramener le navire en France.

Place aussi à un peu de tourisme pour le repos de l'équipage actuel, et notre première halte sera Franeker après une journée plutôt bucolique sous une bruine tenace mais bienveillante: petite pluie abat grand vent !

 

Autre découverte : le St Michel II sait aussi tracer son sillon et élaguer quelques branches, (malheureusement) nous n'avons pas gardé images de ces séquences!
Nous nous posons donc vers 17h dans cette localité et n'avons qu'une envie : boire une petite bière au chaud !
Aussitôt dit, aussitôt fait !

 

Voilà, ce sera la première soirée réellement tranquille avec seul objectif que le tourisme.

Mais l'aventure n'est pas finie, le St Michel II à encore de nombreux miles à parcourir. »

Signé Marcel du St Michel II

Marcel n'a pas d’autres mots pour exprimer la profonde déception de l'équipage.

 

Vous comprendrez que les conditions de navigation sur la mer du nord ne sont pas acceptables sans prendre de risques pour l’équipage et le bateau, de plus la navigation pas les canaux se révéle impossible pour rejoindre GONNIGNEN plus au nord de FRANEKER,  le tirant d’air du St Michel II ne lui permettant pas de passer sous certains ponts.

 

Un beau rêve s’achève, mais l’aventure continue.

PAROLES DU PRÉSIDENT HARTWIG REIMANN

A L'ÉQUIPAGE DU SAINT MICHEL II

Merci notre cher "JVduSMII" ! pour ces impressions.

 

J'ai parlé aujourd'hui avec Russell MARIE de Nantes Métropole et expliqué les conditions météo  (il n'est pas marin?) et les conséquences.

 

Il a bien compris et vous remercié pour votre courage. On va se rencontrer a Hambourg et surtout après cette opération autour d'un verrre de bière ou de vin a Nantes. Je vais proposer que ce soit sur le bateau.

 

J'ai parlé également avec Élise PAJOT chargée de la communication de Nantes Métropole afin qu'Alain envoie notre communiqué de presse à ses relations de journaux, etc...


Dominiqque et moi sommes allés à Quimper pour chercher les vêtements de Armor Lux, puis on a voulu faire un petit "coucou" auprès de Henaff et, voyant la mer, on n'a pas pu resister à faire un petit tour de nostalgie vers Penhors.


Bonne fin de la soiree à tous
Hartwig

 

LE VENT RESTE AU NORD-EST

Mardi 2 mai

Bonjour
 

Une bonne bière, une petite soirée en musique à bord, une nuit de sommeil quelque peu perturbée par les interrogations et nous voici prêts à repartir vers Harlingen où nous allons attendre la relève.

 

Au réveil, dernier (peut-être) soupçon d'inquiétude (ou d'espoir c'est selon) : pas un souffle, pas une ride sur l'eau !

 

La météo serait-elle en train de nous jouer un tour ??? Vite aux prévisions !


Hélas non ! C'est bien toujours Est/Nord-Est, 20-25 noeuds annoncés en mer conditions non praticables pour le St Michel II.

 

Ce qui se confirme, à l'intérieur des terres où nous sommes, quelques heures plus tard.

 

Face à l'adversité et aux éléments jouants contre lui, l'équipage du St Michel II fait preuve d'une extraordinaire capacité d'adaptation et d'une opiniâtreté sans faille.

 

Une pause d'une demi-journée dans la charmante ville de Franeker, nous a été accordée par les gentils organisateurs. Un peu de shopping, d'avitaillement et un fish&chips plus tard nous retrouvons le bord pour une courte navigation vers Harlingen.


Sous un ciel bas et une légère bruine, nous parcourons les 3 milles et 5 ponts et accostons à Harlingen vers 17h00.

 

Marcel à bord du St Michel II

DERNIÈRE MISSION

Jeudi 4 mai

Mais n'anticipons pas ! L'équipage actuel du St Michel II, dont fait partie votre serviteur, à encore une mission à remplir: assurer la présence de La Cale 2 l'Ile à Hambourg pour honorer l'engagement pris, et y tenir sa place contre vents et marées.

 

Ce sera pour un prochain épisode des aventures de La Cale et du St Michel II.

 

Marcel à bord du St Michel II

ET APRÈS ...

La fête est finie, Le Saint Michel II doit rentrer

 

Cliquer ci-dessous :

 

Marcel à bord du St Michel II

Nous contacter

 

Pour nous contacter, utilisez le formulaire ci-dessous

Devenir membre

 

Pour devenir membre, utilisezle bouton ci-dessous

S'abonner à la lettre d'info

Pour vous abonner à la lettre d'info des adhérents utilisez le bouton ci-dessous

Pour nous trouver

La Cale 2 de l'Île
Hangar 31

Quai des Antilles
44200 Nantes

 

Téléphone : 02 40 12 09 87‎

Nos heures d'ouverture

du mardi au samedi

de 9 h 30 à 18 h

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Cale 2 l'Île