La Cale 2 l'Île
La Cale 2 l'Île

RETOUR DE HAMBOURG

La fête du port de Hambourg s'est déroulée les 5, 6 et 7 mai 2017.

 

Le saint Michel II n'a pas eu droit à avoir une météo clémente. Il n'a pas pu atteindre le port.

Laissant le bateau en Hollande, les équipages de l'aller et du retour ont été présnts à Hambourg.

LE GOLFE DU MORBIHAN

Mardi 23 mai

Le Saint Michel II est rentré à bon port (ou presque) il est prêt à participer à la Semaine du Golfe.

 

L'expédition à Hambourg est terminée, c'est maintenant une nouvelle histoire qui commence

DÉPART DE PORT LOUIS

Lundi 22 mai

Bonjour amis lecteurs

 

38 jours, environ 1750 miles parcourus, 300 heures moteur, 10h de trajet en voiture, voilà quelques chiffres qui résument notre périple.


La pluie, la grêle, le froid, le vent trop fort, le manque de vent, mais à 90% du temps de face, un peu de soleil et de chaleur pour finir, voilà pour le résumé de la météo.
Contre vents et marées nous sommes allés jusqu'à Hambourg, nous revenons à l'heure pour le rendez-vous du Golfe.
Voilà comment l'on peut synthétiser notre voyage, qui aurait presque pu faire l'objet d'un roman de qui vous savez...
Je n'aurais bien évidemment pas l'audace de tenter de le concurrencer, mais si d'aventure la compilation de mes récits quotidiens devait entrer dans une archive de La Cale 2 l'Ile, j'aimerais qu'on lui donne un titre. Et ce serait : 38 jours, le vent dans le nez ! ?

Voilà, après la pointe de Quiberon, nous passons maintenant La Teignouse, et je m'en vais goûter à la douceur morbihannaise sur le pont pour les quelques milles restants avant notre accostage au Crouesty, au moment où la parade se met en place. Que de beau monde, ou plus exactement de beaux navires dont les noms défilent sur le canal 69 de la VHF et que l'on devine devant notre étrave.

Au nom des équipages aller et retour qui ont participé à ce périple, je tiens à vous remercier de votre fidélité à nous lire, et de vos (nombreux) messages de soutien tout au long de cette épopée. Car oui, s'en était une, et un challenge aussi, vis à vis de l'honneur qui nous était donné de représenter sur l'eau la ville de Nantes lors des cérémonies du 828ème anniversaire du port de Hambourg. Merci donc à Mme la maire de Nantes de nous avoir permis de vivre cela. Merci également à nos partenaires (Armor Lux, Hénaff, la Biscuiterie Nantaise) pour le soutien logistique et les moments de réconfort.

Ainsi se termine cette chronique, qui je l'espère vous aura permis de nous suivre au plus près et de vivre avec nous cette aventure.
Je ne vous dit pas à demain, mais à une prochaine fois...si d'aventure j'ai la chance de revivre une expérience similaire.
Pour terminer, je tiens, à titre personnel, à remercier publiquement les 3 chefs de bords qui m'ont donné à écrire cette chronique et fait partager leur expérience de la navigation au long cours.

Marcel pour cette dernière à bord du St Michel II

AVANT DERNIÈRE ÉTAPE : PORT LOUIS

Dimanche 21 mai

Bonjour

En route pour l'avant-dernière étape!
Départ de Lesconil ce matin sous un soleil timide et un vent frais de ??? Sud-Est bien sûr ! Pile dans le nez !

 

Décidément, ce voyage aura été marqué par le signe du vent dans le pif !

 

Mer plate cependant au départ et nous avançons, au moteur bien sûr, jusqu'au passage entre Les Pourceaux et les Iles de Glénan (plus communément Les Glénans); navigation tranquille nous laissant entrevoir une arrivée assez tôt à Port-Louis, notre destination du soir.

 

C'est sans compter sur Neptune qui, s'alliant à Eole, vient nous mettre des bâtons dans les roues, ou plus exactement une mer hachée sous l'étrave, au moment où nous entrons en baie de Concarneau.
Durant 3 heures nous sommes sous le régime de la baratte. Secoués d'avant en arrière et de bâbord à tribord !

Heureusement la mer se calme vers 15h et nous pouvons terminer cette étape plus tranquillement et même faire un peu la course au Renard qui semble vouloir briguer notre place de port. Mais alors que nous approchons du chenal d'entrée, le malouin se déroute vers Groix. Nous n'aurons pas à combattre pour assurer notre place ! Heureusement, nous ne sommes pas armés pour !

 

18h30, nous nous engageons dans le chenal pour l'avant dernier accostage de ce périple.

 

19h15, nous sommes à quai, et devinez quoi ? Nous allons de ce pas prendre une mousse...

 

À demain, pour ce qui sera la dernière de ce périple....Et la première de l'épopée de la semaine du Golfe 2017 !

 

Marcel à bord du St Michel II

BRETAGNE SUD

Samedi 20 mai

Bonjour

Allez, c'est parti pour la dernière ligne (presque) droite !
Aujourd'hui au programme : passage du Raz de Sein puis route vers Lesconil.
Après un plein de gasoil, nous quittons Camaret vers 9h, avec pour objectif d'être à l'entrée du Raz de Sein pour la renverse vers 13h.

 

Après avoir passé la Pointe du Toulinguet, nous empruntons le chenal du Petit Leac'h, puis cap sur la Pointe du Raz sous GV et trinquette avec 15 noeuds établis à l'Ouest. Navigation au près qui n'est pas l'allure la plus confortable sur le St Michel II.

 

La renverse approchant, la mer se calme un peu alors que les nuages sont de plus en plus présents. Les capuches sont de sortie pour le passage du Raz de Sein vers 13h30.

Une fois sortis de la marmite bouillonnante, le soleil réapparait comme par enchantement et seule une longue houle agite la mer. Ça y est ! Nous sommes en Bretagne Sud !

Cap maintenant sur Eckmühl, ou plus exactement le large de la Pointe de Penmarch.
Quelques instants plus tard, le moteur s'arrête ! Rassurez-vous, manoeuvre volontaire car nous sommes maintenant bon plein, ce qui nous permet également d'envoyer le foc de route se dégourdir les jambes (cf épisode du 8/05).

 

Enfin nous profitons de conditions agréables : soleil, mer belle, 10-15 noeuds de vent bon plein, et même quelques dauphins aperçus quelques instants. Enfin cela ressemble à une croisière !

Passé la pointe de Penmarch nous mettons cap à l'Est, dans un vent de travers molissant, ce qui me permet d'aller " mouiller du fil". 1h plus tard le dîner de poisson frais est assuré ! Je fais concurrence à Jean-Yves ! ? (Voir épisode du 17/04)

 

Accostage à Lesconil vers 19h30, petite mousse et soirée au calme avant de poursuivre notre route demain.

 

Marcel à bord du St Michel II

 

CAMARET

Vendredi 19 mai

Bonjour


Que dire de cette journée ?
Rappelez-vous ce que j'écrivais hier : on verra de quoi demain sera fait !

 

Eh bien, si je pressentais une journée sans mouvement du bateau (la météo annoncée n'était pas propice à un passage du Raz de Sein aujourd'hui), je n'avais pas envisagé ce qui allait être la principale occupation de la journée.


Essentiel en effet de profiter de cette escale forcée pour se reposer après la longue route de ces derniers jours.

Essentiel aussi de compléter l'avitaillement pour les 3 étapes restantes avant de rejoindre le Golfe du Morbihan (en espérant que la météo ne nous joue pas un vilain tour).

 

Mais que peut-il y avoir d'encore plus essentiel pour le confort de marin à bord et qui nous a fait défaut sur la fin d'étape précédente ??
Eh bien oui, certains l'auront deviné, il nous a fallu aujourd'hui remettre les commodités du St Michel II en service. Tâche quelque peu ingrate, mais oh combien essentielle au regard des heures passées à bord, et à l'inconfort et au risque encouru si l'action devait se dérouler sur le pont.


Mais bon, mission accomplie et c'est bien là l'essentiel !
L'équipage prenant le navire à notre arrivée dans le Golfe pourra se soulager dans l'intimité et la sécurité d'un lieu d'aisance à la fonctionnalité retrouvée.

 

Et je vous dis à demain, si vous le voulez bien ! Nous devrions encore nous rapprocher de notre objectif. Et c'est bien là l'essentiel ! ?

 

Marcel à bord du St Michel II

Repos à Camaret après ces deux journées non stop.

LA MER D'IROISE

Jeudi 18 mai

L'Atlantique c'est pour ce soir.

 

Qu'il est bon de rentrer chez soi. Depuis son appareillage de Nantes il s'est déjà écoulé 33 jours.

Pendant son absence, nous avons élu un nouveau président et avons un nouveau gouvernement.

Bonjour

 

Qu'il fut laborieux le passage au nord du raz Blanchard !


Mauvaise heure pour la marée, bonne brise de face, bref tous les ingrédients pour avancer péniblement. Pas d'autre choix que de gagner un peu vers le Nord pour contourner ensuite les Casquets.

 

Partis de Cherbourg vers 9h, ce n'est que vers 16h que nous mettons enfin le nez du St Michel II en direction de la pointe bretonne.

 

Cap au 235 ! Aber Wrac'h ou Camaret ? Tout dépendra de l'allure durant la nuit, mais surtout de l'état de la mer à l'approche du fameux passage du Four, porte d'entrée dans la mer d'Iroise.
Mais n'anticipons pas, doublons d'abord Guernesey ! Ah, j'oubliais, nous sommes sous une pluie fine mais tenace depuis midi, autant dire que l'humidité à déjà commencé à s'installer dans le carré ....   et sur les couchettes à la faveur de quelques fuites.

 

Longue houle, mais mer peu agitée, la pluie qui nous quitte enfin, la fin de nuit sera plus agréable que le début.

 

Peu de rencontres en cette nuit si ce n'est le Queen Elizabeth qui croise notre route vers 4h du matin. Sûr qu'ils sont plus au sec que nous.....

 

Au petit matin, nous sommes à la verticale de Roscoff et avançons à environ 5 noeuds sous un ciel dégagé. Enfin du soleil ! Encore une grosse trentaine de miles (les matheux auront tout de suite converti en 7h de route environ), et nous seront devant Plouguerneau. Ils nous restera ensuite une dizaine de miles vers l'Aber Wrac'h, soit une cinquantaine vers Camaret.


Midi, nous sommes devant le phare de l'Ile Vierge. Allez encore un effort ! Puisque le vent à tourné un peu, mettons donc la Grand Voile et  continuons vers Camaret ! Si tout va bien nous devrions y être vers 20h malgré les courants défavorables qui nous attendent à la Pointe St Mathieu durant les 3 dernières heures de cette longue étape.

 

La mer s'applatissant et le vent tournant légèrement vers le Nord-Ouest, nous passons le phare du Four vers 15h, toujours sous GV seule (et moteur bien sûr). Nous nous engageons ensuite dans le chenal du même nom menant vers notre destination finale.

 

Après avoir passé la célèbre Pointe de St-Mathieu, et constaté que cette fois Le Four aura été plutôt clément avec nous (voir épisode du 19/04),  nous accostons à Camaret vers 18h30, certes fatigués, mais qui ne le serait pas après 300 miles non-stop (exceptée la pause p'tit dèj' de Cherbourg) parcourus en 5 tours de quadrant.

 

Allez ! Nous sommes de retour au Pays ! Une bonne mousse, une bonne nuit de sommeil et l'on verra de quoi demain sera fait.

 

Marcel à bord du St Michel II

CHERBOURG

Mercredi 17 mai

Le saint Michel II a fait escale à Cherbourg.

 

Le Saint mIchel est pressé de rentrer à la maison, car l'escale n'a duré qu'1 heure et 32 minutes

 

A 14 heures 30 il était là.

La MANCHE

Mercredi 17 mai

Enfin !  Nous avons quitté Boulogne/mer !


Une petite porte s'ouvre pour nous permettre de rejoindre la pointe bretonne avant un renforcement de vents contraires.

 

Départ hier à la première heure pour une étape devant nous conduire jusqu'à Cherbourg.
Temps calme, mer plate, mais soleil tristounet. Et vent dans le nez faible voire absent ! Pour changer....

 

Ce sera le régime pour une journée de navigation qui ne laissera pas une grande empreinte.
Idem pour la nuit, sans étoiles avec même quelques passages de bruine.

 

25h plus tard, nous accostons au ponton gasoil de Cherbourg, puis petit déjeuner rapide avant de reprendre route ce matin à 9h vers le nord Finistère, en contournant Les Casquets et Guernesey.

 

Nous allons enchaîner une seconde grande étape pour nous rapprocher le plus possible de l'Atlantique.

 

Marcel à bord du St Michel II

 

Départ de BOULOGNE

Mardi 16 mai

BOULOGNE

Dimanche 14 mai

Bonjour
 

Pas de journal hier ? Pas de mouvement AIS ?
Mais que se passe t'il ?

 

Rassurez-vous chers lecteurs, le St Michel II n'est tout simplement et une nouvelle fois que la victime des désirs d'Eole.

 

Nous voici scotchés à Boulogne/mer jusqu'à ce que les conditions météo permettent une étape vers Cherbourg en sécurité.

 

En attendant l'équipage fait du tourisme en pays Ch'ti... Et découvre les spécialités régionales...

 

Si les conditions météo n'évoluent pas d'ici là, départ vers Cherbourg annoncé pour mardi matin. Patience et longueur de temps vont devenir nos vertus...

 

Marcel à bord du St Michel II

Arrivée à BOULOGNE

Vendredi 12 mai

Bonjour
 

Bon, on avait pas voulu voir Zeebrugge (déjà vu à l'aller), on ne verra pas Ostende non plus ! Arrivée tardive et départ matinal sont plutôt incompatibles avec le tourisme. Mais parlons plutôt d'aujourd'hui.

 

Eole, qu'est-ce que tu fous ? Arrête de jouer avec les boutons !
Hier c'était vent arrière, aujourd'hui vent dans le pif !
Bon je sais que notre direction n'est pas tout à fait la même, mais quand même tu pourrais faire un effort !

 

Départ très tôt ce matin, mais impossible de dire à l'oeil nu si le soleil était levé ou pas. Ciel bas et bruine nous accompagnent pendant les premières heures de navigation.

 

Le soleil vient nous réchauffer un peu en fin de matinée quand nous franchissons la frontière et entrons dans les eaux françaises.
D'aucuns diraient : "ça fait du bien de retrouver le pays!"

 

D'accord pour la température qui monte un peu, encore d'accord pour la langue (mais nous n'aurons pas grand monde autour de nous pour discuter aujourd'hui), mais alors pas du tout d'accord si on regarde du côté de l'état de la mer.

 

D'abord un bon clapot en début d'après-midi, puis à suivre le courant du Nord de la Manche en plein dans le nez  quand nous devinons au loin le cap Gris-Nez. Comprenez que l'on a de quoi faire grise mine quand on avance difficilement à 3 noeuds.

 

J'avais oublié de vous dire que l'étape du jour c'était Ostende-Boulogne/mer, environ 80 miles.
Mais si Eole ne nous entend toujours pas, Neptune nous accorde une faveur en lissant la mer et en diminuant la force des courants à l'approche de notre destination. Nous passons donc Gris-Nez au calme à environ 7 noeuds malgré 15 noeuds de vent de face.

 

Vous l'aurez compris, l'équipage n'aura pas eu aujourd'hui l'occasion de faire beaucoup d'activités physiques relatives à la voile.

 

Vers 20h nous nous préparons à entrer dans le port de Boulogne/mer pour prendre un bon repos avant d'entamer la prochaine étape qui s'annonce bien longue.

 

Mais moment de détente avant la nuit, l'occasion de constater qu'ici on met les voiles (et pas que...).

Et je vous dis à demain; si vous le voulez bien ! (et pas forcément à 12h45 ?? à La Cale)

 

Marcel à bord du St Michel II

OOSTENDE

Jeudi 11 mai

SCHEVENINGEN

Mercredi 10 mai

Nous quittons ce matin Amsterdam sous un ciel gris et par un froid de canard (comme dirait Michel, le grand spécialiste des palmipèdes ?). Ce sera encore une journée dans les polaires, gants et bonnets !


Après avoir remonté le Noordzeekanaal, nous faisons halte le temps d'un ravitaillement en gasoil à IJmuiden, port industriel qui nous permet d'admirer le savoir-faire hollandais en matière de travaux off-shore.

 

Après la sortie du port, route ensuite vers le Sud alors que le vent, certes molasson, est au ?
SUD bien sûr ! ! ! ??

 

Route au moteur donc vers Scheveningen, notre prochaine étape, alors que le soleil se montre. Enfin un peu de chaleur. Mer d'huile pour parcourir les 25 miles restants au programme de la journée.

 

Scheveningen est en fait le port de La Haye, siège du gouvernement des Pays-Bas et d'un tribunal international dont vous avez certainement entendu parlé.

 

Le port n'a lui d'autre intérêt que de nous procurer un endroit pour boire une petite mousse après une journée sans histoire.

 

Arrivée peu après 16h, avitaillement puis soirée tranquille et courte en prévision d'un départ matinal demain.

 

Marcel à bord du St Michel II

Port de Scheveningen est en fait le port de La Haye.

AMSTERDAM

Lundi 8 mai

Bonjour
 

Une fois n'est pas coutume, je vais aujourd'hui prêter ma plume à un membre du bord qui se morfond depuis le départ de Nantes.


Quand bien même l'équipage précédent a pensé à l'aérer, il est resté cloîtré dans son sac.
Pendu au pied de mat, avec pour seul paysage le bout dehors, il n'aura eu jusqu'à présent aucune occasion de faire de l'exercice.

Journal d'un déprimé du bord

 

Ce matin 6h25, nous sortons du port de Harlingen. Direction le Sud maintenant ! Je vais enfin pouvoir me dégourdir les jambes (que les marins appellent des écoutes ! Quel drôle de vocabulaire !).

 

Nous partons sous un ciel plombé et cheminons au moteur dans le chenal jusqu'à l'écluse de Kornwerder-Sand qui marque l'entrée dans la l'IJsselmeer.

 

Route plein Sud ensuite ! Ça y est c'est bientôt à moi ! C'est sûr !

 

Mais mon enthousiasme est de courte durée. Ce vent molasson orienté plein Nord n'est pas propice à m'étaler au grand jour. Patience...

 

Vers 12h30, alors que le soleil tente de percer les nuages, nous passons l'écluse d'Enkhuisen pour entrer dans la Markermeer. Le vent a forci mais sans changer de direction, petit à petit le soleil se fait plus présent, un présage peut-être ?

 

Route toujours plein Sud, vent toujours plein Nord. Seule la trinquette est de sortie et emmène le bateau à 4 noeuds. Même la grand-voile est au piquet ! C'est vous dire si j'ai peu de chance encore aujourd'hui de mettre le nez dehors !

17h, les premiers immeubles se dessinent à l'horizon et nous rentrons dans le chenal qui nous mène à l'Oranjesluis, écluse d'entrée dans le port d'Amsterdam.

 

C'est raté ! Je n'irais pas me mettre au soleil aujourd'hui !?

 

Demain sans doute non plus, puisque l'équipage a décidé d'une pause tourisme pour la journée.
20h, nous voilà amarrés dans une marina au charmant nom de City Marina IJdock, entourée d'immeubles. Moi, je me rendors pendant que l'équipage pense déjà à la journée de demain...

 

Mais soyons optimistes, j'aurais ma chance plus tard. La mer du Nord puis la Manche seront certainement un excellent terrain de jeu. Croisons les doigts !

 

 

Signé : le foc de route,
sous la plume amicale de Marcel à bord du St Michel II

LE RETOUR EST COMMENCÉ

Lundi 8 mai

Bonjour
 

Il ne faut pas traîner ... le retour du bateau est commencé.

L'appareillage s'est fait de très bonne heure 6 heures 37 mn.

Le Saint Michel II est passé par Enkhuizen ce jour Lundi 8 mai, de 12:39 à 12:42

ILS SONT À HAMBOURG ...

               ... MAIS SANS BATEAU

Samedi 6 mai

Bonjour
 

Eh bien! Nous l'avons fait ! Nous y étions contre vents et marées !

 

L'équipage initialement chargé de convoyer le bateau jusqu'à Hambourg (voyage dont vous avez suivi les péripéties) (cliquer sur le bouton ci-dessous au bas de la page), plus Hartwig, notre président, et Dominique, étaient bien présents à Hambourg en cette journée de samedi 6 mai 2017.

 

Levés de bon matin pour effectuer le trajet Harlingen-Hambourg, nous arrivons dans le port vers 10h30.

Las ! un dernier barrage (policier celui-là) qui ne s'ouvre pas et nous revivons un épisode précédent ! Va t'on devoir à nouveau battre en retraite ???
C'est mal connaître la volonté farouche des bénévoles de La Cale 2 l'Ile !!!

 

Le temps de trouver un abri pour le navire à quatres roues, et l'équipage se met en rangs serrés pour parcourir à pied la dernière étape de notre périple.


Après quelques minutes d'une rude marche au milieu de la foule (le marin au long cours étant plus habitué à tanguer et rouler qu'à arpenter le pavé), nous arrivons triomphants sur l'espace réservé à la ville de Nantes.

 

Le temps de trouver l'espace où sera le mieux mise en valeur notre action autour du St Michel II, et nous voici prêts à accueillir les autorités locales et nantaises, mais également à lier contact avec d'autres représentants de la diversité culturelle et gastronomique nantaise.


Nous avons en particulier passé un moment chaleureux avec le Bagad de Nantes, avec lequel nous nous sommes promis d'autres prestations communes dans le futur.
Entre petit tour au sein de la fête, dégustation de notre boisson emblématique ou de breuvage local et petite collation du midi, notre journée nous aura permis de rencontrer moultes personnalités et de serrer moultes mains.

 

Sans les citer tous, de peur d'en oublier, j'en déclinerai une liste "à la Prévert" (sur une musique de S.Gainsbourg):
Un ambassadeur,
Une maire de Nantes,
Bien d'autres élus,
Un consul honoraire,
Un responsable culturel,
Un directeur du Voyage (à Nantes),
....

 

Gageons que ces notables auront entendus le sens de notre action et qu'ils la soutiendront dans le futur.
D'autant que nous ne revenons pas les mains vides: nous avons en effet gagné le droit de revenir en 2ème semaine ! ?


Une invitation pour un rassemblement de voiliers traditionnels qui devrait avoir lieu à Hambourg à l'été 2018 !  Avis aux amateurs ...!

 

Voilà ! Temps maintenant de penser au voyage du retour.
Le Golfe du Morbihan nous attend.
Départ lundi aux premières lueurs, avec votre serviteur:

 

Marcel à bord du St Michel II (sauf aujourd'hui)

 

POUR LIRE L'AVENTURE DU TRAJET ALLER

Nous contacter

 

Pour nous contacter, utilisez le formulaire ci-dessous

Devenir membre

 

Pour devenir membre, utilisezle bouton ci-dessous

S'abonner à la lettre d'info

Pour vous abonner à la lettre d'info des adhérents utilisez le bouton ci-dessous

Pour nous trouver

La Cale 2 de l'Île
Hangar 31

Quai des Antilles
44200 Nantes

 

Téléphone : 02 40 12 09 87‎

Nos heures d'ouverture

du mardi au samedi

de 9 h 30 à 18 h

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Cale 2 l'Île